Portail de la CFDT Meurthe & Moselle

Espace commun
Adhérer
Rechercher
Glossaire
Accès restreint





Front commun pour le maintien du CPH de Lunéville

Vive inquiétude dans le Lunévillois concernant le Conseil des Prud ?hommes de Lunéville. Un débat s'est tenu vendredi 26 octobre en matinée, animé par M. Bernard Remack, Président du CPH. Le hasard de cette date coïncidait avec la venue de Mme Rachida Dati, Ministre de la Justice, à la Cour d'Appel de Nancy, pour présenter la réforme de la carte judiciaire.

Le sujet était donc d'autant plus chaud, sachant que même s'il semblait acquis que le Tribunal d'Instance de Lunéville ne devait pas disparaître de la carte judiciaire, le Conseil de Prud ?hommes était pour l'heure condamné, du moins si la Chancellerie suivait les propositions émises par la Cour d'Appel de Nancy.

Autour du président et du vice-président, M. Denis Renaud (représentant le collège des employeurs), avaient pris place bon nombre d'élus, des syndicalistes et des représentants d'associations professionnelles.
M. Bernard Remack déclare : "je souhaiterais que nous puissions prendre à la fin de cette réunion une position collective". Il émet également le regret que dans le nombre de dossiers pris en compte (131 en 2005), n'apparaissent ni les référés ni les ordonnances de conciliation.

S'il y a bien eu front commun pour dénoncer la suppression envisagée du Conseil des Prud'hommes de Lunéville, cette unanimité n'a pas empêché les clivages politiques.
Après les discours des élus, tour à tour, les représentants syndicaux, l'association des commerçants, les artisans, les auxiliaires de justice firent part de leur soutien pour le maintien du CPH de Lunéville. L'intervention de Béatrice Matton, secrétaire générale de l ?UL CFDT de Lunéville, a rappelé le besoin d'une garantie de l'accès aux droits pour tous dans une zone socialement et économiquement défavorisée. Le syndicat CGT a lancé une pétition ayant déjà recueilli 400 signatures. L'association des commerçants de Lunéville et les artisans ont également affirmé leur soutien au maintien du conseil. Les auxiliaires de justice ont également plaidé pour "une juridiction de proximité".

Il est ressorti de ce débat une motion votée à l'unanimité pour le maintien du Conseil des Prud'hommes de Lunéville.
L'après-midi même, de nombreux Lunévillois étaient à Nancy pour manifester à l'occasion de la venue de Mme Dati.

La décision concernant les CPH est juste reportée pour des raisons liées à leur statut.

Michèle Poncioni (portrait)
Michèle Poncioni

Dernière mise à jour : 16/01/2008 - 14:39:55

© 2005-2019 - CFDT Meurthe & Moselle | Mentions légales | Haut de page | Accueil |